Pringles s’invite à Wimbledon

These are not tennis ball.

Une pure opération d’ambush marketing réalisée pour le compte de la marque Pringles, durant le tournoi international de tennis de Wimbledon.

 

8d557f31 d3f9 4d4f 8ab4 349b85d9bc72 1024x946 Pringles sinvite à Wimbledon

Pas moins de 24 000 tubes de la célèbre tuile apéritif, ont été distribué gratuitement à tous les passants se trouvant aux alentours du Wimbledon’s All England Club qui accueillait la compétition. La boite de chips , dont le packaging ressemble déjà à un tube de balle de tennis, a revêtu pour l’occasion les couleurs du fameux gazon anglais, portant le slogan « These are not tennis balls! » (Ce ne sont pas des balles de tennis!). Le but était très clairement de semer le trouble dans l’esprit du public en vue d’assimiler la marque à l’évènement, tel un sponsor officiel!

Pringles2 Pringles sinvite à Wimbledon

Enfin, la présence de deux sosies de grands champions de tennis (Roger Federer & Bjorn Borg) sur des corners aménagés pour l’opération de street marketing ont permis d’attirer davantage l’attention…

Pringles3 Pringles sinvite à Wimbledon

Toutefois, la réelle réussite de l’opération tient au fait que les tubes estampillés Pringles sont parvenus à s’introduire au cœur de l’évènement par le biais des milliers de visiteurs, et ceci sans s’attirer les foudres des organisateurs. Car en effet, les législateurs comme les organisateurs essaient de lutter de plus en plus face aux développement de phénomènes d’ambush marketing, le but étant de garantir aux sponsors officiels ayant payés des sommes colossales, l’exclusivité de l’évènement et de tous ce qu’il génère (retombées économiques, médiatiques, d’image…). Il est vrai que d’un point de vue juridique, ni la marque, ni le nom, ni le logo de l’évènement n’étant mentionnés, il semblait compliqué de trouver un fondement (hormis peut être pour parasitisme économique?) pour attaquer la marque du groupe Procter & Gambles qui qualifia sa stratégie de « fantastique, bien pensé et bien exécuté »!

Très gros coup pour la marque qui dans un second temps a pu bénéficier de retombées médiatiques particulièrement importantes par les parution dans le Daily Telegraph, le Daily Mail, ou encore le Washington Business Journal

Partager l'article

1 Commentaires

  1. webcam sexe
    webcam sexe13/12/2011

    I was just seeking this info for some time. After six hours of continuous Googleing, finally I got it in your web site. I wonder what is the lack of Google strategy that don’t rank this type of informative sites in top of the list. Normally the top sites are full of garbage.

Commenter